Master Santé publique - Université Clermont Auvergne (2022)

Publié le 17 novembre 2020

  • Version PDF

Présentation

Depuis 2004, le master de santé publique de l’Université Clermont-Auvergne se distingue des masters de santé publique en ce qu’il n’est pas orienté sur des outils (l’épidémiologie, économie de la santé, sociologie de la santé,…), qu’il associe santé publique et sciences de l’éducation et qu’il est structuré à partir de quatre domaines d’application qui constituent ses quatre parcours : l’éducation à la santé (en direction des enfants adolescents et jeunes adultes), l’évaluation en santé, sciences du risque en santé environnementale et santé au travail et l’éducation thérapeutique du patient. La maîtrise de ces outils se fait dans le cadre de chacune des orientations, le fait que la première année soit entièrement identique, sur le plan des enseignements, quel que soit le parcours choisi en master2, permettant une maîtrise commune et suffisante de ces outils. En Master 2, des enseignements mutualisés entre parcours existent également, à chaque fois que la maitrise d’outils de santé publique le rend nécessaire.

Le parcours 1 Éducation à la Santé en direction des enfants, adolescents et jeunes adultes (EDUC SANTÉ) vise à former des experts en éducation et promotion de la santé dans une dynamique partenariale en direction des enfants, des adolescents et des jeunes adultes.
Le parcours 2 Évaluation en Santé (EVAL) vise à former des experts en évaluation de la qualité en santé, tant au niveau des établissements de santé que des programmes de santé.
Le parcours 3 Sciences du risque en santé environnementale et en santé au travail (SRS-ET) permet aux candidats en Formation Initiale ou en Formation Continue (professionnels de santé, juristes,…) d’acquérir une culture spécifique du risque, aussi bien sur le plan sanitaire que juridique. De plus, la particularité de cette formation pluridisciplinaire – scientifique / médicale / juridique – est de former les évaluateurs du risque à la maîtrise des outils de diagnostic et des méthodes permettant l’évaluation des risques pour la santé humaine, quelle qu’en soit l’origine, de les sensibiliser au contexte juridique entourant la prise de décision en santé et de les initier aux procédures d’expertise.
Le parcours 4 Éducation thérapeutique du patient (ETP) vise à former des experts en éducation thérapeutique du patient dans une dynamique partenariale en direction de patients atteints d’une pathologie chronique.

Spécificités

Le master Santé Publique est composé de quatre parcours :
1 - Éducation à la Santé en direction des enfants, adolescents et jeunes adultes (EDUC SANTÉ)
2 - Évaluation en Santé (EVAL)
3 - Sciences du risque en santé environnementale et en santé au travail (SRS-ET)
4 - Éducation thérapeutique du patient (ETP)

- Le M1 est commun aux 4 parcours.
- Le M2 est spécifique à chaque parcours.
Les enseignements ont lieu principalement à Clermont-Ferrand.
En master 1 et pour les parcours 1, 2 et 4, les enseignements sont regroupés sous forme de séminaires d'une semaine (en général un par mois) afin de faciliter l'accès au master des étudiants résidant hors de Clermont-Ferrand et aux étudiants ayant une activité professionnelle et/ ou en formation professionnelle et continue.
En master 2 parcours 3, les enseignements théoriques sont regroupés sur les mois d'octobre, novembre, décembre et janvier.
Une partie des enseignements est mutualisée entre les parcours en M2, au delà du M1 qui est commun.
Certaines UE sont mutualisées avec des UE du parcours Économie de la santé du Master Économie du développement, porté par l’École d’Économie et le CERDI.

Lieux

Clermont-Ferrand, Moulins

Responsable(s) de la formation

  • M. Laurent GERBAUD

Voir plus de détails Masquer les détails supplémentaires

Admission

  • Niveau(x) de recrutement

    Baccalauréat +3

  • Modalités de candidature

    Candidature en M1 :
    • Capacités d'accueil et modalités d'admission : http://www.uca.fr/formation/candidature-et-inscription/
    • Candidature en ligne sur e-candidat : https://ecandidat.uca.fr/#!accueilView
    Un étudiant ayant validé son M1 rentre en M2 dans le parcours qu'il a choisi ; il peut aussi changer de parcours après avis favorable du comité pédagogique. Les étudiants ayant validé un master 1 (ou une équivalence) dans l'un des domaines concernés par l'un des parcours peut accéder au master 2 après sélection. L'étudiant choisit son parcours et fait une ou des propositions de stage.
    En master 2, les étudiants ayant validé un master 1 (ou une équivalence) dans l'un des domaines concernés par l'un des parcours peuvent accéder directement au master 2. Dans ce cas, la sélection d'entrée se fait sur CV, description du projet de l'étudiant et entretien, l'étudiant ayant préalablement choisi son parcours. Lors de l'entretien, l'étudiant fait une ou des propositions de stage.

Programme

Les informations ci-dessous sont données à titre indicatif et peuvent faire l'objet de mises à jour.
  • Parcours

    Titre

    Nom

    1

    MCF

    Philippe CURRY

    1

    Pr

    Didier JOURDAN

    1

    MCF

    Carine SIMAR

    2

    IDE, ingénieur hospitalier, MD

    Bénédicte BELGACEM

    2

    PU-PH,

    Laurent GERBAUD

    2

    PH, PhD, HDR+

    Françoise VENDITTELLI

    3

    MCF

    Gil BOUDET

    3

    MCF

    Aurore COLLIN

    3

    Pr

    Marie-Pierre SAUVANT-ROCHAT

    3

    PU-PHFrédéric DUTHEIL

    4

    PU-PHAnne BOYER-GRAND

    4

    IDE, ingénieur hospitalier, MDMarie-Sophie CHERILLAT

    4

    PU-PH

    Emmanuel COUDEYRE

    4

    MCU

    Frank PIZON

  • Concernant la mobilité entrante :

    L’ouverture vers l’international s’appuie sur l’accueil d’étudiants étrangers (via Campus France) dans la formation. Les étudiants étrangers représentent, suivant les années et les parcours entre 20 et 35% des étudiants validant leur diplôme. Les principaux pays représentés sont ceux d’Afrique du Nord, d’Afrique francophone sub saharienne, mais aussi du Liban, de Russie et du Yémen. L’accueil d’étudiants étrangers découle aussi des liens établis avec les enseignants chercheurs dans plusieurs pays (Australie, Belgique, Canada, Portugal, Ukraine). Cette mobilité est favorisée par la possibilité de rédiger le mémoire en anglais et en russe, sachant que les présentations et supports de présentation restent en français.

    Concernant la mobilité sortante :

    Cette mobilité est favorisée par le fait que les stages à l’étranger sont acceptés, avec un encouragement pour les étudiants à faire leur stage dans leur pays d’origine, à condition d’être en zone sûre (verte ou jaune) du ministère des affaires étrangères. Pour tous les étudiants, un mécanisme de d’incitation à la réalisation de stage dans des structures ou laboratoires de recherche internationaux engagés dans des collaborations avec des enseignants-chercheurs du master (Australie, Belgique, Canada, Portugal, Ukraine).

    Récemment, la création de la Chaire UNESCO « EducationS & Santé » (octobre 2018) favorise les relations avec des universités étrangères (en particulier avec l’Afrique) et une réflexion est en cours afin de créer une formation à distance, destinée aux étudiants africains, et leur permettant d’acquérir les bases en santé publique, afin de faciliter leur intégration ultérieure en master. Ce projet sera mené sur la période 2021-2026.

    (Video) Les universités les moins sélectives de France (ft Noël à Clermont-Ferrand)
  • Compatibilité avec une activité professionnelle

    Formation hybride, partiellement à distance

Modalités

Partiellement à distance

Pour tous les parcours en master 2 :

  • la présence a au moins 60% de chaque semaine de séminaire est obligatoire,
  • la durée de stage est au minimum de 400 heures (Parcours SRS-ET de 560h à 600h),
  • chaque étudiant se voit attribuer un enseignant tuteur pour la réalisation de son stage
  • l’UE mémoire n’est pas compensable,
  • la participation aux soutenances de mémoire est obligatoire.


Parcours 2 (EVAL) : les cours ont lieu à la Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand et dans le service de Santé Publique du CHU de Clermont-Ferrand pour un volume de 359 h. Les UE 222 et UE 226 sont communes avec la spécialité 3 (SRS-ET). L’équivalent de 90 h de cours est mis en ligne via la plateforme de travail de l’université. Le stage est réalisé dans une structure intervenant en évaluation/ amélioration de la qualité en santé. L’UE mémoire (2211) n’est pas compensable.
Parcours 3 (SRS-ET) : les cours ont lieu à la Faculté de Médecine et à la Faculté de Pharmacie de Clermont-Ferrand, pour un volume de 317 h. L’équivalent de 60h de cours est mis en ligne. Les UE 322 et l’UE 326 sont communes avec la spécialité 2 (EVAL – UE 222 et UE 226). Les supports de cours et les documents pour travail personnel sont mis en ligne via la plateforme de travail de l’université. Le stage est réalisé dans une structure intervenant en évaluation/gestion de risques environnementaux et/ou de risques professionnels. L’UE stage & mémoire (3210) n’est pas compensable.
Parcours 4 (ETP) : les cours ont lieu à la Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand et pour deux semaines à l’INSPE de l’UCA - site de Moulins pour un volume de 357 h. L’équivalent de 80 h de cours est mis en ligne via la plateforme de travail de l’université. Les UE 421, 422, 424 sont communes avec la spécialité 1 (EDUC SANTE). Le stage est réalisé dans une structure intervenant en éducation thérapeutique du patient. L’UE mémoire (4212) n’est pas compensable.

Et après ?

Niveau de sortie

Année post-bac de sortie

Bac +5

Niveau de sortie

Niveau 7 : Master

Compétences visées

URL Fiche RNCP

Activités visées / compétences attestées

Master 1:

  • Compétences scientifiques professionnelles

CSP 1 : Agir dans un cadre professionnel pluridisciplinaire où les activités sont fondées scientifiquement.

CSP 2 : Maîtriser les fondamentaux dans le domaine de la Santé Publique (valeurs, structures, acteurs, politiques).

CSP 3 : Comprendre les stratégies d’évaluation et maîtriser les approches évaluatives épidémiologiques, biostatistiques et médico-économiques nécessaires à ces évaluations.

CSP 4 : Maîtriser les politiques en santé publique et d’éducation à la santé (insertion d’un programme de promotion d’éducation à la santé, méthodes de mesure d’état de santé, méthodes d’analyse des politiques de santé, méthode de mesure des performances d’un système de santé, méthodes de comparaison internationales).

CSP 5 : Maîtriser les techniques pédagogiques en éducation appliquées à l’éducation à la santé et à la promotion de la santé en s’appuyant sur les sciences de l’éducation.

(Video) Étudiant de master 1 "Santé Publique"

CSP 6 : Maîtriser les fondements des analyses en santé environnement et en analyse santé risque environnement.

CSP 7 : Maîtriser les concepts en épidémiologie et les techniques de base en épidémiologie (sondage, indicateurs, création d’une base de données), en métrologie, ainsi que les bases des approches quantitatives, qualitatives et mixtes.

  • Compétences transversales
    • Compétences organisationnelles

CT 1 : Développer et suivre un programme de promotion de la santé en direction des enfants, adolescents et jeunes adultes.

CT 2 : Maîtriser les stratégies de financement et prendre en compte les différentes contraintes réglementaires et administratives.

    • Compétences relationnelles

CR 1 : Travailler en équipe pluridisciplinaire.

CR 2 : Mettre en œuvre quelques grands principes de management de structures.

  • Compétences scientifiques générales

CSG 1 : Respecter l’éthique scientifique.

CSG 2 : Résoudre des problèmes demandant des capacités d’abstraction.

CSG 3 : Adopter une approche interdisciplinaire en étant capable de combiner de approches méthodologiques et réflexives issues de champs disciplinaires différents (épidémiologie, sociologie, sciences de l’éducation, économie, statistiques).

CSG 4 : Concevoir et mettre en œuvre une démarche scientifique de résolution de situations problématiques : utiliser les instruments et les techniques de mesure les plus courants ; identifier les sources d’erreur ; analyser des données scientifiques ; valider un modèle théorique par comparaison de ses prévisions avec les données empiriques recueillies ; apprécier les limites de validité d’un modèle.

CSG 5 : Maîtriser des logiciels d’acquisition et d’analyse de données.

CSG 6 : Maîtriser des outils bureautiques.

CSG 7 : Savoir développer une analyse critique de la littérature scientifique en santé.

Master 2 :

Parcours 1 EDUC SANTE :

Les compétences développées dans le cadre de ce master répondent aux critères du référentiel national réalisé sous l’égide du Comité consultatif national pour l’élaboration des programmes de formations en éducation à la santé (http://www.inpes.sante.fr/espace-reseau/competences-promotion-sante/approche-competences.asp) et du référentiel européen Comp HP (http://www.nuigalway.ie/health-promotion/documents/M_Barry/comphp_core_competencies_framework_for_health_promotion_handbook_sept_2011.pdf). Il s’agit avant tout de compétences en planification, évaluation, conduite de projets de promotion de la santé en développant des approches pluri et transdisciplinaires, en permettant aux personnes et aux populations de participer aux décisions concernant leur santé tout en étant attentifs aux inégalités sociales de santé. Il s’agit de :

  • Compétences scientifiques professionnelles

CSP 1 : Agir dans un cadre professionnel pluridisciplinaire où les activités sont fondées scientifiquement.

CSP 2 : Conduire son activité dans le respect des principes éthiques, notamment autour des grands enjeux de santé publique.

CSP 3 : Prendre en compte l’apprentissage des stratégies d’évaluation (évaluation de pertinence des résultats et des processus, évaluation médico-économique et évaluation de la qualité) ainsi que des connaissances épidémiologiques et biostatistiques nécessaires à ces évaluations.

CSP 4 : Maîtriser les politiques en santé publique et d’éducation à la santé, notamment quant à l’insertion d’un programme de promotion d’éducation à la santé dans différents programmes nationaux et régionaux de santé publique.

CSP 5 : Rechercher des subventions et prendre en compte les différentes conduites réglementaires et administratives.

CSP 6 : Maîtriser les techniques pédagogiques en éducation appliquées à l’éducation à la santé et à la promotion de la santé en s’appuyant sur les sciences de l’éducation.

  • Compétences transversales
    • Compétences organisationnelles

CT 1 : Développer et suivre un programme de promotion de la santé en direction des enfants, adolescents et jeunes adultes.

    • Compétences relationnelles

CT 2 : Travailler en équipe pluridisciplinaire.

CT 3 : Mettre en œuvre quelques grands principes de management de structures.

  • Compétences scientifiques générales

CSG 1 : respecter l’éthique scientifique.

CSG 2 : Connaître, respecter et mettre en œuvre les règlementations en vigueur.

(Video) iGred Lab - Evolutionary Epigenomics and Genetic Conflicts

CSG 3 : Résoudre des problèmes demandant des capacités d’abstraction.

CSG 4 : Adopter une approche interdisciplinaire.

CSG 5 : Concevoir et mettre en œuvre une démarche scientifique de résolution de situations problématiques : utiliser les instruments et les techniques de mesure les plus courants ; identifier les sources d’erreur ; analyser des données scientifiques ; valider un modèle théorique par comparaison de ses prévisions avec les données empiriques recueillies ; apprécier les limites de validité d’un modèle.

CSG 6 : Maîtriser des logiciels d’acquisition et d’analyse de données.

CSG 7 : Maîtriser des outils bureautiques.

Parcours 2 EVAL :

Les compétences développées sont avant tout celles nécessaires à la mise en œuvre des stratégies d’évaluation des soins pour un établissement de santé comme pour un programme de santé, telles que proposées par :

  • la HAS (que ce soit dans le cadre de la certification d’établissement, l’accréditation d’équipe, l’évaluation de pratiques professionnelles et la gestion des risques en établissement de santé et lors des soins, l’évaluation de nouvelles technologies, l’évaluation médico-économique et l’analyse d’impact budgétaire),
  • les analyses de la qualité développées classiquement en santé (Donabedian, Brook, assurance qualité selon la définition standard,…)
  • l’apport des normes qualité issues de l’amélioration continue de la qualité (selon Berwick – et en filigrane Deming, Juran, Gittlow et Oppenheimer- et selon les certifications ISO de la qualité des services)
  • les sociétés professionnelles ou savantes : Société régionales d’appui à la qualité, Collège des économistes de la santé, SOFGRESS, sociétés savantes ayant mis en place des programmes d’évaluation des soins : CNGOF, SFMU,…)
  • les organismes internationaux OMS, Banque Mondiale principalement.
  • Compétences scientifiques professionnelles

CSP 1 : Savoir évaluer une technologie en santé (ancienne comme nouvelle), un programme de dépistage.

CSP 2 : Savoir mener une analyse de sensibilité/spécificité des systèmes de veille et savoir calculer un seuil d’alerte.

CSP 3 : Connaître les systèmes de vigilance.

CSP 4 : Connaître les principes d’une analyse d’impact et d’une analyse d’impact budgétaire.

CSP 5 : Connaître les principes d’une modélisation médico-économique (y compris le modèle de Markov).

CSP 6 : Savoir évaluer un programme de dépistage.

CSP 7 : Connaître les principales méthodes d’analyse multivariée probabilistes (régression linéaire multiple, régression logistique, modèle de Cox), leurs règles d’utilisation et d’interprétation.

CSP 8 : Connaître les principales méthodes d’analyse en projection (ACP, ACM, analyses hiérarchiques) leurs règles d’utilisation et d’interprétation.

CSP 9 : Savoir valider et analyser un score composite (qualité de vie, satisfaction, score qualité, score de performance, …).

CSP 10 : Connaître et analyser les incitations en qualité et le recours aux systèmes d’indicateurs qualité.

CSP 11 : Connaître les principes de l’audit appliqués à la santé.

CSP 12 : Savoir développer une analyse critique de la littérature scientifique en santé.

Compétences transversales

CT 1 : Savoir analyser les liens entre référence, critère et indicateurs.

CT 2 : Savoir préparer une évaluation de la qualité en santé (EPP, évaluation de programme,…), calculer le nombre de sujet nécessaire, réaliser un plan d’analyse, utiliser les statistiques adaptées, mener une étude de prévalence ou d’incidence et maîtriser les techniques de sondage.

CT 3 : Maîtriser la segmentation structure procédure et résultats et la hiérarchisation des critères et indicateurs en découlant.

CT 4 : Savoir mener des analyses de risques a priori (y compris la cartographie des risques).

CT 5 : Savoir mener une étude coût efficacité (y compris étude de minimisation de coût et étude coût utilité), analyse de sensibilité comprise.

CT 6 : Connaître les usages de l’évaluation.

CT 7 : Savoir mener une évaluation de programme, construire un rapport d’évaluation adapté à différents contextes (réseaux de santé, en promotion de la santé, en secteur médicosocial, programme de santé publique).

(Video) Présentation de licence professionnelle métiers de la santé et du master santé publique.

CT 8 : Connaître les étapes et maîtriser d’une certification HAS d’un établissement de santé.

    • Compétences organisationnelles et relationnelles

CO 1 : Savoir mener une analyse de risque (a priori, a posteriori) avec une équipe multidisciplinaire dans différents cadres (établissements de santé, programme de santé,…).

CO 2 : Savoir mettre en œuvre des stratégies de partenariat, de recherche en évaluation et élaborer un protocole d’évaluation de programme.

CO 3 : Pouvoir participer à la planification et à la réalisation d’une certification HAS d’un établissement de santé.

CO 4 : Savoir organiser une politique qualité dans différents contextes.

CO 5 : Savoir conduire un audit en santé.

  • Compétences scientifiques générales

CSG 1 : Connaître les bases de l’approche classique en évaluation de la qualité en santé (approche de Donabedian, assurance qualité et contrôle qualité).

CSG 2 : Savoir conduire une analyse de cause généraliste (diagramme de Pareto, d’Ishikawa,…) ou appliquée aux analyses de risque a priori (cartographie des risques,…) et a posteriori (CREX, RMM, QQOQCP, Orion,…).

CSG 3 : Savoir analyser les validités internes et externes d’indicateurs.

CSG 4 : Connaître les concepts de prévention, précaution et anticipation.

CSG 5 : Connaître les principes d’une analyse coût résultats et des modalités de calcul de coûts.

CSG 6 : Connaître les bases théoriques de l’évaluation des programmes de santé.

CSG 7 : Connaître les principes de la certification et de l’accréditation.

CSG 8 : Connaître les apports théoriques issus de l’amélioration continue de la qualité (ISO, Deming, Juran, Gittlow et Oppenheimer,…) et les fondements des politiques qualité.

CSG 9 : Maîtriser les concepts d’approche contractuelle en qualité et de relation d’agence (sélection adverse, risque moral).

CSG 10 : Savoir développer une analyse critique de la littérature en santé.

Parcours 3 SRS-ET :

Les compétences développées dans le cadre de ce parcours sont en accord avec les orientations nationales définies pour les professionnels de santé et de l’éducation dans le Plan National Santé Environnement (PNSE 4 – 2021-2025) et dans le Plan Santé Travail (PST – 2018-2022). Il s’agit avant tout de compétences en évaluation ou gestion des risques liés à l’environnement et au monde professionnel. La formation s’appuie sur des approches pluri et transdisciplinaires, permettant aux personnes et aux populations de participer aux échanges avec les scientifiques, les politiques/décideurs et les citoyens, et à la prise de décision face à un risque connu, reconnu ou inconnu.

Les principales compétences mobilisées pour l’évaluation et la gestion de risque en santé environnementale et en

Débouchés professionnels

Secteurs d'activité

  • Services à la personne et à la collectivité
  • Santé

Métier(s)

  • Information sociale
  • Conseil en Santé Publique
  • Management de structure de santé, sociale ou pénitentiaire
  • Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • Coordination de services médicaux ou paramédicaux

Secteurs d'activité ou type d'emploi

Parcours 1 EDUC SANTÉ : le master est une formation professionnelle qualifiante qui vise à former des experts en éducation et promotion de la santé.
Parcours 2 EVAL : le master est une formation qui vise à former des experts en évaluation de la qualité en santé, tant au niveau des établissements de santé que des programmes de santé.
Parcours 3 SRS-ET : le parcours SRS-ET a pour objectif de former des professionnels capables d’identifier un danger spécifique et ses conséquences pour l’homme et son environnement, d’analyser et de gérer des situations à risque pour l’homme et son environnement et de proposer des solutions aux décideurs et aux autorités compétentes pour les situations à risque.
Parcours 4 ETP : le master est une formation professionnelle qualifiante qui vise à former des experts en éducation thérapeutique du patient, tant au niveau de programmes d'ETP que de leurs coordination (UTEP,...).

Insertion professionnelle

Parcours 1 EDUC SANTE : Le Master est une formation professionnelle qualifiante qui vise à former des experts en éducation et promotion de la santé afin d’occuper des postes de :

  • Formateurs, Conseillers pédagogiques.
  • Médecins de l'éducation nationale et des collectivités territoriales.
  • Conseillers techniques auprès des IA et des Recteurs.
  • Postes de coordonnateurs en éducation prioritaire.
  • Chargés de mission santé et prévention des collectivités territoriales.
  • Responsables et cadres dans le milieu associatif, mutualiste.
  • Cadres dans les institutions développant des stratégies de prévention pour les administrations d’Etat ou les collectivités territoriales.
  • Et tout poste laissant une large place aux missions de mise en œuvre de projets de promotion de la santé dans une dynamique partenariale en direction des enfants, des adolescents et des jeunes adultes.

Parcours 2 EVAL : Le Master est une formation qui vise à former des experts en évaluation de la qualité en santé, tant au niveau des établissements de santé que des programmes de santé afin notamment d’occuper des postes de :

  • Coordonnateur de programmes qualité en établissement de santé.
  • Ingénieur qualité en établissement de santé.
  • Certificateur en santé (certification HAS, accréditation d’équipes et de professionnels).
  • Conseil en politique de santé et évaluation de programmes de santé.
  • Responsable d’équipe de soins, de réseaux de soins ou de programmes de santé.

Parcours 3 SRS-ET : Le parcours SRS-ET a pour objectif de former des professionnels afin d'occuper des postes :

(Video) What the Fac | #1 Pourquoi tu viens étudier à Clermont ?

  • Evaluateur du risque au sein d'établissements et d'organismes publics ou privés,
  • Evaluateur de risque sanitaire au sein des agences de sécurité sanitaire,
  • Métiers de la prévention en santé au travail (Intervenants en Prévention des Risques Professionnels - IPRP),
  • Métiers de recherche dans le champ de la santé au travail ou de la santé environnementale.

Cette spécialité permet aux candidats en Formation Initiale ou en Formation Continue (professionnels de santé, juristes, …) d’acquérir une culture spécifique du risque, aussi bien sur le plan sanitaire que juridique, leur permettant d’intégrer des postes d’évaluateur du risque au sein d’établissements et d’organismes publics ou privés. De plus, la particularité de cette formation pluridisciplinaire – scientifique / médicale / juridique – est de former les évaluateurs du risque à la maîtrise des outils de diagnostic et des méthodes permettant l’évaluation des risques pour la santé humaine, quelle qu’en soit l’origine, de les sensibiliser au contexte juridique entourant la prise de décision en santé et de les initier aux procédures d’expertise.

Parcours 4 ETP : Le Master est une formation professionnelle qualifiante qui vise à former des experts en éducation thérapeutique du patient afin d’occuper des postes de :

  • Coordonnateurs d’Unité Transversales d’Education du Patient (UTEP) en établissements de santé publics ou privés.
  • Coordonnateurs de programmes d’ETP.
  • Responsable d’association de patients chargé de mission ETP.
  • Chargés de mission santé en IREPS/CODES/.
  • Chargés de mission santé et prévention des collectivités territoriales.
  • Responsables et cadres dans le milieu associatif, mutualiste.
  • Cadres dans les institutions développant des stratégies de prévention pour les administrations d’Etat ou les collectivités territoriales.
  • Et tout poste laissant une large place aux missions de mise en œuvre de projets de promotion de la santé dans une dynamique partenariale en direction de patients atteints d’une pathologie chronique.

FAQs

Comment entrer en Master santé publique ? ›

L'entrée en master est sélective. Certains masters se préparent en apprentissage. La formation comprend des enseignements théoriques et pratiques (avec éventuellement un ou plusieurs stages, et/ou une initiation à la recherche en fonction du projet professionnel).

Quels débouchés avec un master en santé publique ? ›

Débouchés
  • Chargé de mission /chargé d'étude en évaluation des risques sanitaires d'origine environnementale et des conditions de travail.
  • Chef de projet santé environnement travail.
  • Ingénieur d'études/ de recherche santé environnement travail.
  • Evaluateur de risques en santé environnement travail.
18 Jul 2022

Qui peut faire le Master en santé publique ? ›

- Les étudiants en médecine ayant validé leur stage pratique interné et leurs examens de clinique, sous réserve, pour les étrangers, de la réglementation en vigueur dans leurs pays d'origine. - Les internes nommés au concours des centres hospitalo-universitaires.

Quel est le meilleur master en santé publique ? ›

L'Université Toulouse 1 est la première du classement des meilleurs masters en sciences et santé, avec un taux de 91%. Viennent ensuite l'Université de Saint-Quentin-en-Yvelines (87,8%) puis l'Université du Littoral Côte d'Opale (85,6%).

C'est quoi un master en santé publique ? ›

Le master de Santé Publique vise à permettre aux étudiants d'acquérir et maîtriser la démarche et les méthodes adaptées à un large spectre des champs de la santé publique, d'abord par une initiation transversale, à travers un M1 commun, aux méthodes utiles pour l'ensemble des M2, puis de manière plus spécialisée selon ...

Quels sont les métiers de la santé publique ? ›

Conseil en Santé Publique
  • Médecin inspecteur de la santé
  • Médecin des services communaux d'hygiène.
  • Pharmacien spécialisé / Pharmacienne spécialisée en législation pharmaceutique.
  • Contrôleur général / Contrôleuse générale des services vétérinaires.
  • Chirurgien-dentiste / Chirurgienne-dentiste conseil.

Quelles sont les filières de la santé publique ? ›

Santé numérique
  • Santé publique.
  • Bioéthique.
  • Biostatistique.
  • Épidémiologie.
  • Gestion et politiques de santé
  • Évaluation.
  • Hygiène du travail.
  • Promotion de la santé

Pourquoi faire de la santé publique ? ›

La santé publique est un ensemble de disciplines qui visent à maintenir la bonne santé d'une population. Les professions de la santé publique se situent au niveau de la surveillance, de la prévention, de la détection et du contrôle des maladies et de leurs facteurs de risque au niveau collectif.

Comment faire un doctorat en santé publique ? ›

Pour faire une thèse en Santé Publique, il faut réunir les prérequis suivants :
  1. une formation suffisante.
  2. un projet de thèse.
  3. un directeur de thèse disponible, et une unité de recherche d'accueil.
  4. un financement.

Comment devenir médecin de santé publique ? ›

Pour devenir praticien de santé publique, il faut compter au moins 6 années d'études supérieures après l'obtention du bac (bac scientifique recommandé). D'abord, il faut être inscrit à l'Ordre d'une profession médicale et donc obtenir un diplôme d'état dans cette discipline.

Quelles études pour travailler à l'OMS ? ›

Une expérience dans des pays en développement est un atout. Ou diplôme équivalent. Pour le personnel de l'OMS uniquement, formation professionnelle ou autoformation/expérience professionnelle équivalente.

Quel diplôme pour travailler à l'ARS ? ›

L'inspecteur de l'action sanitaire et sociale veille à la bonne application des politiques sanitaires, médico-sociales et sociales de l'Etat. Niveau d'études : bac+3. Prérequis : formation dispensée par l'Ecole des hautes études en santé publique.

Comment choisir un bon master ? ›

Pour trouver le master de son choix, le site national trouvermonmaster.gouv.fr, qui vient d'être mis à jour, recense l'intégralité des diplômes nationaux de master proposés par les établissements d'enseignement supérieur en France.

Quel master pour un médecin ? ›

Présentation du Master Médecine

Le Master Médecine correspond à une formation de niveau Bac+5 qui permet aux étudiants de devenir un véritable professionnel dans ce secteur. De nombreuses thématiques associées aux grands principes de la médecine et de la santé seront évoquées au cours de cette formation.

Comment devenir infirmiere en santé publique ? ›

L'obtention du diplôme d'État (grade licence) est obligatoire pour exercer le métier d'infirmier. Les études durent 3 ans au sein d'un institut de formation en soins infirmiers (IFSI) en lien avec une université.

Quel master en médecine ? ›

  • Docteur en médecine - 4 ans. À la une. ...
  • MSc Toxicologie médico-légale. À la une. ...
  • Master en bioinformatique (Louvain) À la une. ...
  • MSc en santé mondiale (sans thèse) ...
  • Programme de maîtrise en toxicologie. ...
  • Master of Science en immunologie. ...
  • PROGRAMME DE SPÉCIALISATION EN MÉDECINE HOMÉOPATHIQUE. ...
  • Maîtrise en sciences infirmières.

Pourquoi faire un master en santé ? ›

La spécialisation en Santé permet d'excercer des métiers dans différents milieux professionnels, qu'ils soient dans le secteur public ou privé, directement liés à la santé et la santé publique, ou plutôt liés à̀ d'autres domaines ayant besoin d'une expertise en santé publique (éducation, social, environnement, ...

Quel est le métier paramédical le mieux payé ? ›

What is this? En définitive, les métiers bien payés et qui recrutent dans le paramédical sont l'aide-soignant, l'auxiliaire de puériculture, l'infirmier, le masseur-kinésithérapeute.

Quel est le métier le mieux payé en médecine ? ›

Ce constat masque des disparités selon les spécialités : les radiologues (radiothérapie, médecine nucléaire et imagerie médicale), les anesthésistes-réanimateurs, les ophtalmologues ou les chirurgiens sont les mieux rémunérés, avec des revenus qui atteignent ou dépassent en moyenne 185 000 euros par an.

Qu'est-ce qu'un programme de santé publique ? ›

Un programme de santé publique est un ensemble cohérant d'actions pour atteindre des objectifs précis (ex : programme tuberculose). Une action de santé publique est la composante opérationnelle d'un programme ; elle s'inscrit dans les objectifs du programme en définissant un mode d'intervention particulier.

Quels sont les formations de santé ? ›

Ces cursus sont accessibles à différents niveaux, au sein d'établissements tels que :
  • une faculté de médecine.
  • une école de kinésithérapie.
  • une école d'ostéopathie.
  • une école d'infirmière (Institut de Formation en Soins Infirmiers ou IFSI)
  • une école de podologie-pédicure.
  • une école d'aide-soignant (IFAS)

Comment faire la promotion de la santé ? ›

Les concepts clés en promotion de la santé

Individuel : améliorer les compétences, connaissances et aptitudes des personnes. Changement de comportement interpersonnel : réseau familial, amical et de voisinage. Organisations : modifier les aspects d'une organisation et accroitre les compétences.

Quand Parle-t-on de santé publique ? ›

On peut aussi rappeler une ancienne définition de Charles-Edward Winslow et publiée dans la revue Science en 1920 : « La santé publique est la science et l'art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et de promouvoir la santé et l'efficacité physiques à travers les efforts coordonnés de la communauté pour l' ...

Quelles sont les filières de la médecine ? ›

En résumé:
  • Filière médicale : licence en sciences biomédicales, doctorat d'exercice en médecine.
  • Filière pharmacie : licence en sciences biomédicales, doctorat d'exercice en pharmacie.
  • Filière dentaire : licence en sciences biomédicales, doctorat d'exercice en médecine bucco-dentaire.

Est-ce que la santé publique ? ›

La santé publique est la traduction d'une politique de santé qui s'occupe de tous les aspects de la santé, tant au niveau préventif que curatif, avec la mise en place de systèmes d'urgence, de recherche, de gestion des risques sanitaires, de l'éducation.

Comment devenir médecin quand on est infirmier ? ›

Les jeunes diplômés en soins infirmiers justifiant de deux années d'expérience professionnelle, à plein temps et en lien avec leur diplôme, pourront intégrer des études de médecine directement en 2e ou 3e année sans passer le concours d'entrée de cette filière.

Comment passer d infirmière à kiné ? ›

Reconversion d'infirmière à kinésithérapeute : quelle passerelle...
  1. Il y a 3 voies pour intégrer une école de kinésithérapie :
  2. Les PASS et LAS et le dispositif passerelle, des voies pour devenir kinésithérapeute.
  3. La licence de biologie ou de STAPS pour entrer en école de Kinésithérapie.
7 Oct 2021

Quelles Etudes après un diplôme infirmier ? ›

Les poursuites d'études

Les infirmiers diplômés peuvent poursuivre leurs études afin de se spécialiser. Directement après l'obtention de leur diplôme, ils peuvent préparer le DE de puériculture en 1 an ou le DE d'infimier de bloc opératoire (18 mois).

Comment devenir épidémiologiste ? ›

Les formations et les diplômes

à bac + 6 (diplôme d'État de docteur en pharmacie), jusqu'à bac + 8 (doctorat en santé publique et épidémiologie, épidémiologie et évaluation des actions de santé, épidémiologie et intervention en santé publique, biostatistiques...) et bac + 9 (diplôme d'État de docteur en médecine).

Quelle est la différence entre la médecine et la santé publique ? ›

Un médecin de santé publique n'exerce plus la médecine à l'échelle d'un individu mais la médecine à grande échelle : celle d'une population ! Pour expliquer la démarche de santé publique à un médecin, le plus simple (mais pas le plus exact !)

Quelle est la meilleure spécialité en médecine ? ›

📈 Les spécialités de médecine les plus prisées

En 2020, la spécialité en médecine la plus prisée était celle de médecine cardiovasculaire, vient ensuite l'anesthésie-réanimation puis l'ophtalmologie.

Comment Appelle-t-on un étudiant en médecine ? ›

Aujourd'hui, le terme « carabin » est souvent utilisé pour désigner un étudiant en médecine.

Comment se spécialiser en santé publique ? ›

Le programme du Diplôme de Spécialisation en Santé Publique (DSSP) Ce programme dure une année académique et compte au total 1045 heures dont 885 heures de cours théoriques et 250 heures de travaux de terrain. Ce programme aboutit à un diplôme équivalent à la maîtrise anglo-saxonne (MPH).

Quelles sont les filières de la santé publique ? ›

Santé numérique
  • Santé publique.
  • Bioéthique.
  • Biostatistique.
  • Épidémiologie.
  • Gestion et politiques de santé
  • Évaluation.
  • Hygiène du travail.
  • Promotion de la santé

Comment faire santé publique ? ›

Titulaire d'un master.

Master en Santé publique. Avec des études en Autorité sanitaire et gestion de la santé publique, gestion sociale et politiques publiques, promotion de la santé, évaluation socio-économique de projets, entre autres. Consultante en santé publique, formulation de projets et de programmes, formation.

Pourquoi faire de la santé publique ? ›

La santé publique est un ensemble de disciplines qui visent à maintenir la bonne santé d'une population. Les professions de la santé publique se situent au niveau de la surveillance, de la prévention, de la détection et du contrôle des maladies et de leurs facteurs de risque au niveau collectif.

Comment faire un doctorat en santé publique ? ›

Pour faire une thèse en Santé Publique, il faut réunir les prérequis suivants :
  1. une formation suffisante.
  2. un projet de thèse.
  3. un directeur de thèse disponible, et une unité de recherche d'accueil.
  4. un financement.

Quels sont les différents métiers de la santé ? ›

Liste des métiers de la santé
  • médecin.
  • chirurgien-dentiste.
  • pharmacien.
  • sage-femme.
  • biologiste médical.
  • manipulateur d'électroradiologie médicale.
  • chirurgien.
  • gynécologue-obstétricien.

Qu'est-ce qu'un programme de santé publique ? ›

Un programme de santé publique est un ensemble cohérant d'actions pour atteindre des objectifs précis (ex : programme tuberculose). Une action de santé publique est la composante opérationnelle d'un programme ; elle s'inscrit dans les objectifs du programme en définissant un mode d'intervention particulier.

Comment faire la promotion de la santé ? ›

Les concepts clés en promotion de la santé

Individuel : améliorer les compétences, connaissances et aptitudes des personnes. Changement de comportement interpersonnel : réseau familial, amical et de voisinage. Organisations : modifier les aspects d'une organisation et accroitre les compétences.

Quelles sont les filières de la médecine ? ›

En résumé:
  • Filière médicale : licence en sciences biomédicales, doctorat d'exercice en médecine.
  • Filière pharmacie : licence en sciences biomédicales, doctorat d'exercice en pharmacie.
  • Filière dentaire : licence en sciences biomédicales, doctorat d'exercice en médecine bucco-dentaire.

Quel master en santé ? ›

  • Master en biotechnologie de l'environnement et de la santé ...
  • Master en innovation en sciences biomédicales et de la santé (modalité à distance) ...
  • MRes Science et Santé ...
  • Master en soins de santé, Santé numérique. ...
  • Master en biologie et santé ...
  • MS en analyse de données de santé (en ligne) ...
  • Master en exercice physique et santé

Pourquoi Etudier la santé communautaire ? ›

Cela permet aux ASC d'animer des séances d'éducation à la santé, enregistrer les femmes en âge de procréer adoptant ou changeant de méthode de planification familiale, déterminer leur éligibilité à la planification familiale, recommander une méthode appropriée et fournir des services de suivi.

Quel est le but de la santé communautaire ? ›

La santé communautaire vise la « capacitation » des gens, leur empowerment ; il s'agit de les mettre en capacité de s'impliquer et non de leur demander directement de participer, comme pourrait le faire un chef de projet dans une opération « classique ».

Quand Parle-t-on de santé publique ? ›

On peut aussi rappeler une ancienne définition de Charles-Edward Winslow et publiée dans la revue Science en 1920 : « La santé publique est la science et l'art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et de promouvoir la santé et l'efficacité physiques à travers les efforts coordonnés de la communauté pour l' ...

Est-ce que la santé publique ? ›

La santé publique est la traduction d'une politique de santé qui s'occupe de tous les aspects de la santé, tant au niveau préventif que curatif, avec la mise en place de systèmes d'urgence, de recherche, de gestion des risques sanitaires, de l'éducation.

Qu'est-ce qu'une population en santé publique ? ›

La santé publique concerne des populations, l'ensemble des citoyens et non pas seulement l'individu ou une personne malade, ce qui a amené certains à la qualifier de médecine des populations.

Videos

1. Étudier à l'UFR de Médecine et des Professions Paramédicales de l'UCA
(Université Clermont Auvergne)
2. IAE - Master Entrepreneuriat et Innovation Santé, Sport, Qualité de vie
(IAE Clermont Auvergne)
3. Étudier à l'UFR de Pharmacie de l'UCA
(Université Clermont Auvergne)
4. Le campus Santé Dunant, lieu privilégié pour l'organisation de vos événements
(Université Clermont Auvergne)
5. Étudier à l'UFR STAPS de l'UCA
(Université Clermont Auvergne)
6. Étudier à l'INSPÉ Clermont-Auvergne
(Université Clermont Auvergne)

Top Articles

Latest Posts

Article information

Author: Van Hayes

Last Updated: 10/30/2022

Views: 6215

Rating: 4.6 / 5 (46 voted)

Reviews: 93% of readers found this page helpful

Author information

Name: Van Hayes

Birthday: 1994-06-07

Address: 2004 Kling Rapid, New Destiny, MT 64658-2367

Phone: +512425013758

Job: National Farming Director

Hobby: Reading, Polo, Genealogy, amateur radio, Scouting, Stand-up comedy, Cryptography

Introduction: My name is Van Hayes, I am a thankful, friendly, smiling, calm, powerful, fine, enthusiastic person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.